Adieu rosé, adieu apéros arrosés

Ça y est, on avait réussi. Enfin surtout moi hein, car c’est tout de même grâce à mon utérus que ce bébé avait fini par s’installer dans son petit nid 😆 Bon le papa y était un peu pour quelque chose aussi, on va lui accorder un peu de mérite aussi. On a eu de la chance car on ne l’a pas attendu longtemps, ce bébé, il a élu domicile assez rapidement. A peine le temps de se préparer psychologiquement à cette nouvelle vie.

Depuis que j’ai appris la nouvelle, je mattais mon ventre tous les matins dans l’espoir qu’il ait pris un peu de volume, mais non toujours rien. La seule chose qui me permettait de réaliser que j’étais bien enceinte, c’est que je n’avais plus le droit de toucher à une goutte d’alcool. Non, pas une goutte. C’est ce qu’on nous dit aujourd’hui. A l’époque de nos parents et grands-parents, on était plus laxistes, certains disaient même qu’on avait le droit à un verre de vin par jour, que c’était bon pour la santé de la maman et du bébé. Il suffit de regarder mes vieux albums photos de famille où l’on pouvait clairement distinguer le verre de rouge bien rempli dans la main de ma mère aux 90 ans de Tatie Jeannine, deux jours avant ma naissance.
Mais aujourd’hui, adieu, rosé. Adieu, apéros arrosés. La petite voix me rappelle à l’ordre : “Mais tu ne vas quand même pas râler en plus non ? Tu es enceinte, c’est tellement merveilleux, et puis, neuf mois sans boire, ce n’est rien, on oublie même ce que c’était ! Ton bébé passe avant tout non ?” Ben oui, maintenant je ne suis plus qu’une maman après tout. Juste un ventre.
Adieu vie d’avant… Je continuais donc à essayer de rayonner de bonheur, même si intérieurement c’était un gros tsunami émotionnel qui se formait. En plus, tu ne peux te confier à personne, puisqu’à part le futur papa, personne n’est encore au courant que vous attendez un bébé. Oui oui, il faut attendre la fin du premier trimestre, sinon ça porte malheur apparemment. Et puis, le risque de fausse couche étant assez élevé au cours du premier trimestre, il vaut mieux éviter de trop s’emballer. Certains mettent donc un point d’honneur à garder le secret jusqu’aux fameuses douze semaines tant attendues. D’autres, ne tenant plus, lâchent l’info au compte goutte, à quelques proches, en attendant la révélation officielle à la terre entière. Certains, enfin, envoient à tous leurs contacts snapchat une photo de l’échographie de datation. Chacun son truc.

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s