Deux ans de nous…

Deux ans…
Le 15 novembre, Alice aura deux ans.

Deux ans de nous, deux ans de vie de maman, deux ans d’une autre vie. Les deux plus belles années de ma vie, mais aussi les plus difficiles, les plus violentes. Je suis devenue maman il y a deux ans et je n’avais aucune idée de ce qui m’attendait. Je crois que personne ne peut nous préparer à ce tourbillon d’émotions qu’est la maternité. Un tourbillon d’amour inconditionnel, de nouveautés, d’apprentissages, de remises en questions, d’inconnu, et j’en passe. Un tourbillon – que dis-je, c’est plutôt à la violence d’un tsunami que je voudrais faire allusion – qui nous propulse dans un monde nouveau, sans aucune possibilité de revenir dans celui d’avant. C’est beau et c’est dur à la fois. Incroyable et tellement vertigineux, que je m’étourdis encore souvent devant cette infinité qu’est la parentalité.
C’est vrai que dans le monde d’avant, la vie était plus simple, faite d’insouciances et d’égoïsme. D’amis, de sorties, d’ivresse et de voyages.
Dans le monde nouveau, l’insouciance, elle s’est fait la malle. Plus un jour ne passera sans que je m’inquiète pour ma fille, la chair de ma chair, plus un jour ne passera sans que je pense à elle quand elle n’est pas avec moi, et sans qu’elle n’occupe tout mon temps quand elle est avec moi. Plus un jour sans pleurs, sans fous rires, sans explosion de joie ou sans apprentissages… Plus un jour sans vivre l’ambivalence de la parentalité. Aimer si fort, et parfois, vouloir arrêter le temps et revenir en arrière, juste un instant. Tout en me demandant comment j’ai pu me passer d’elle pendant toutes ces années où elle n’était pas dans ma vie. Elle et moi, nous apprenons dans ce monde nouveau. Elle apprend à devenir une petite fille pleine de vie en explorant ce monde qui l’entoure, et j’apprends à être sa maman, guidée par son rythme et ses besoins. C’est épuisant mais tellement grisant. Aider ce petit-être à s’épanouir, essayer de lui offrir la meilleure vie qui soit, se remettre en question, encore et encore, ne pas savoir, se fier à son instinct parfois, douter, souvent. Essayer encore et encore, sans jamais abandonner.
Joyeux anniversaire mon Alice, deux ans déjà nous unissent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s