Accueil » Vallée de l’Ourika : à la découverte de la vie rurale berbère

Vallée de l’Ourika : à la découverte de la vie rurale berbère

by Paulinedesîles
319 views
Village de Setti Fatma dans la vallée de l'Ourika

Située à seulement 45 minutes de Marrakech, la Vallée de l’Ourika s’inscrit dans la liste des incontournables du tourisme marocain. Elle fait partie du Haut-Atlas marocain, et offre des paysages somptueux, pour une expérience unique au coeur des villages berbères traditionnels.


Pour s’y rendre, “il suffit de suivre le cours de la rivière Ourika”, nous a-t-on précisé. Après quelques jours pour découvrir Marrakech, nous voilà en route pour la Vallée de l’Ourika, où nous avons réservé deux nuits à la Ferme by Ikalimo, située dans le village d’Ourika, au pied de la rivière. Cet hôtel et restaurant à l’ambiance locale est tout en couleurs et semble être l’un des endroits privilégié des familles marocaines qui viennent profiter de la fraîcheur des montagnes.

Sur la route pour qui mène à Ourika, nous en prenons plein la vue ! Nous traversons de petits villages traditionnels, où le temps semble s’être arrêté. Devant de petites échoppes, les femmes font cuire le pain dans le four traditionnel berbère, pendant que les enfants jouent au ballon et les hommes palabrent à la terrasse d’un café. Nous croisons de nombreux dromadaires, attendant patiemment qu’un touriste en recherche d’exotisme veuille bien monter sur son dos. De gauche à droite, la nature nous offre un spectacle merveilleux, et nous ne savons plus où donner de la tête devant tant de beauté.

Les villageois sont d’une gentillesse incroyable, et je suis frappée par le contraste assez marqué avec les Marocains des grandes villes comme Rabat ou Casa, qui eux sont plutôt désagréables voire agressifs pour certains. On nous avait prévenu que le Maroc des campagnes était différent, et ce voyage dans la vallée de l’Ourika en est bien la preuve.

Autour d’un rafraîchissement dans l’espace restaurant de notre hôtel, allongés sur de magnifiques tapis berbères, nous profitons de l’ambiance locale, bercés par les chanteurs traditionnels venus assurer le show en échange d’un petit pourboire.

Le long de la rivière, les cafés et restaurants ont installé leurs petites tables en plastique, invitant les voyageurs à s’installer pour contempler ce spectacle de la nature pendant que les enfants s’amusent à barboter dans l’eau fraîche.

Que faire dans la vallée de l’Ourika ?

  • Une balade à la découverte des cascades

Après avoir profité de cette première journée de découverte, et s’être imprégnés de cette ambiance locale, nous décidons de rouler jusqu’au village de Setti-Fatma, à quelques kilomètres de notre hôtel. Nous n’avions rien planifié à l’avance, car avec des enfants en bas âge (18 mois et 4 ans et demi), on ne savait pas ce qu’il était possible de faire ou non. Le village de Setti-Fatma est connu pour être le lieu de nombreux départs de randonnées, dont la plus célèbre, menant aux 7 cascades.

Comme nous arrivons assez tôt le matin, aux alentours de 10 heures (oui, c’est tôt pour le Maroc 😅), nous avons la chance d’être quasiment les premiers sur les lieux lorsque nous rejoignons le parking principal du village. Ceci est bon à savoir car à partir de 11h, le village devient quasiment impraticable en haute saison, et les chemins de randonnées ressemblent à des autoroutes françaises en plein mois d’août ! Pensez donc à arriver tôt pour éviter la foule et profiter de la fraîcheur.

Sur le parking, nous rencontrons Abdou, un jeune guide du village, qui nous propose de nous accompagner pour une balade d’une trentaine de minutes jusqu’à la première cascade. Nous lui demandons s’il pense que cela est faisable avec nos deux petites filles, et il nous rassure en nous disant que oui, et que nous pourrons faire demi-tour si jamais cela se compliquait. On met donc notre petite dernière sur le porte bébé dans mon dos, et notre aînée, bien qu’équipée de mauvaises chaussures, a suivi comme une cheffe, malgré le dénivelé et la difficulté de certains passages.

La randonnée démarre au pied de la rivière Ourika, dans le village de Setti-Fatma, et nous devons traverser les restaurants colorés et les échoppes de souvenirs qui longent le chemin menant à la cascade. Sur la route, on nous propose de nous rafraîchir avec une boisson fraîche dans l’un des réfrigérateurs locaux, comme les appellent les villageois. Cela consiste en fait en des bouteilles d’eau et canettes de soda arrosées en permanence par l’eau glacée de la rivière. Nous sourions devant cette installation inventive et plutôt écologique.

Le réfrigérateur local : les boissons sont rafraîchies par l’eau de la rivière.

Pour arriver à la première cascade, il faut tout de même traverser de petits ruisseaux, sauter d’une pierre à l’autre – ce que notre fille aînée fait sans problème – puis grimper de petits monticules de rochers. Nous arrivons enfin devant la cascade, qui n’a finalement rien d’exceptionnel, si ce n’est l’environnement dans lequel elle se trouve. Nous nous installons à la terrasse d’un café pour prendre un jus d’orange pressé et se reposer quelques minutes avant de repartir pour la descente.

Le chemin du retour est très différent et plus sauvage qu’à l’aller, et nous croisons même un berger avec un troupeau de moutons. La vue sur la vallée est grandiose et nous restons sans voix devant ce spectacle.

Après avoir décollé les deux semelles de mes chaussures et terminé la balade sans ces dernières, nous sommes épuisés mais euphoriques d’avoir pu expérimenter cette petite randonnée avec nos enfants. Nous ne pensions pas pouvoir en faire, et c’était donc une très belle surprise.

Comptez environ 1h30 pour cette balade avec des enfants. Prévoyez chapeaux et crème solaire si vous voyagez au printemps ou en été.

  • Visiter le jardin Amina
Amina Garden. DR

Nous n’avons malheureusement pas eu le temps de le visiter, mais il faisait partie de notre liste de choses à voir dans la région pour ce voyage en famille. Le jardin Amina a créé par l’artiste autrichien André Heller en honneur pour son amour du Maroc. 7,5 hectares de jardin, sublimé par des sculptures géantes, où l’on vient se promener, regarder, s’interroger…

Tel: +212 666 56 17 76
Email: info@anima-garden.com
Website: www.anima-garden.com

Possibilité d’acheter vos tickets en ligne directement sur le site web. Les tarifs varient selon la période de l’année.

  • Déjeuner à la Kasbah Bab Ourika

Ce boutique-hôtel situé au coeur de la vallée nous en a mis plein la vue. Sa situation géographique offre une vue panoramique exceptionnelle sur les montagnes de l’Atlas. La demeure, quant à elle, a été pensée en respectant le style traditionnel berbère, et sublimée par une décoration au design chic et contemporain, aux couleurs chatoyantes et à l’inspiration locale. La Kasbah Bah Ourika offre une parenthèse hors du temps à ses visiteurs, venus chercher le calme loin de l’agitation marrakchi. La ville ocre est pourtant située à seulement une quarantaine de kilomètres de là…

Le restaurant invite les clients à se prélasser à l’ombre de la pergola, profitant évidemment d’une vue sur la vallée dont on ne se lasse pas. La cuisine est raffinée, légère et savoureuse, et les prix relativement raisonnables pour le cadre offert par cet endroit privilégié. Bref, je vous le recommande sans hésiter pour un déjeuner, et si vous avez le budget, n’hésitez pas à y passer une ou deux nuits pour profiter des infrastructures sur place.

Plus d’infos sur leur site : kasbahbabourika.com/

Oukaïmeden : la plus haute station de ski d’Afrique

Si vous ne vous lassez pas de ces paysages du Haut-Atlas, je vous conseille de rouler jusqu’à Oukaïmeden, située à 75 kilomètres au sud de Marrakech, et à une quarantaine de minutes de route d’Ourika. La station culmine entre 2600 et 3200 mètres. Evidemment, lorsque nous y sommes allées au mois de mai, la neige n’était pas au rendez-vous, et la station plutôt endormie, même si quelques restaurants semblent rester ouverts toute l’année. La route qui mène à Oukaïmeden est un voyage à part entière. On y croise de petites bergeries traditionnelles à flanc de montagne, des villages d’une dizaine de maisons en terre battue au pied desquelles un groupe d’enfant jouent et nous lancent un signe de la main. Au fur et à mesure que nous montons en altitude, le paysage change, et nous nous retrouvons au milieu de forêts de cèdres, donnant un air alpin à ce paysage pourtant bien marocain. La station offre une vue sur le mont Toubkal, plus haut sommet du Maroc, qui culmine à 4165 mètres !

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :